Mariage mixte ou séparé ?

On le sait tous, lors des mariages, ce sont aussi les parents qui mettent leur « réputation » en jeu. Ils doivent « assurer » auprès de leurs invités, amis et famille. Ainsi il y a un compromis à trouver entre les parents et les futurs mariés pour l’organisation du jour J. Un point sensible est souvent discuté : est-ce que la soirée dansante sera mixte ou est-ce que les hommes vont festoyer de leur côté et les dames du leur ?

Une question qui divise encore beaucoup

Les jeunes, dans la majorité, préfèrent voir à leur mariage autant les amis au féminin qu’au masculin. Autant les cousines que les cousins. Mais la « pression » vient souvent des femmes, souvent voilées et mariées, qui veulent pouvoir se « lâcher » un peu lors du mariage.

Et cela est plus gênant avec la présence d’hommes dans la salle. « J’ai dû séparer les hommes et les femmes lors de mon mariage simplement car les femmes invitées par ma mère avaient prévenu qu’elles ne viendraient pas si la soirée était mixte » raconte Sonia.

L’argument invoqué est celui du religieux. Et il est vrai qu’on voit de plus en plus apparaître une mode des « mariages entre filles », qui sont, il est vrai, souvent mémorables ! Une soirée 100% filles, pour la plupart voilées dans la vie publique et qui une fois les voiles tombés, créent une ambiance unique. Une sorte d’enterrement de vie de jeune fille en guise de mariage…

« Mariage pachtoune »

Mais les mariages séparés ne plaisent pas toujours aux jeunes générations. « J’appelle cela des mariages pachtounes », lance Nabil 31 ans en référence à la culture afghane… « Des mariages ou on ne s’amuse pas beaucoup en général. Où on vient par politesse ! ».

Car en effet, les mariages orientaux se déroulent essentiellement autour de la mariée. L’ambiance est toujours plus festive auprès des dames. Les garçons se retrouvent d’une certaine manière privés de « fiesta ». C’est d’autant plus embêtant pour eux lorsque la mariée est une sœur, une cousine ou autre membre proche de la famille.

Une situation qui indispose aussi le marié. Le jeune homme est le seul autorisé à passer la soirée auprès de sa belle. Avec toutes les femmes des deux familles, qui passent la majeure partie de la soirée à épier ses faits et gestes, on comprend l’embarras. « C’était horrible, j’aurais adoré qu’il y ait mes frères et mes copains autour de moi » raconte Abdel, jeune mariée de 29 ans.

Trouver un compromis

« Je peux comprendre que des mamans très pieuses ne veuillent pas se mélanger aux hommes, mais dans ce cas elles peuvent simplement rester dans leurs coin et ne pas danser ! » propose Karim 28 ans.

Car c’est en effet le bon compromis. Séparer hommes et femmes en théorie et permettre que les jeunes hommes s’installent auprès de la mariée et profitent des festivités. En général, la demande de séparation vient des anciens. « La mixité est partout aujourd’hui, on prend le bus, on se voit au supermarché ! Pourquoi on se séparerait lors des mariages ? » se demande Nora 31 ans.

En effet ce compromis semble arranger tout le monde. Car traditionnellement c’est lors des mariages que les célibataires espèrent trouver l’âme sœur. Les mamans les plus ouvertes demandent même à leurs enfants « d’ouvrir l’œil ». En effet, quoi de mieux pour une maman de repérer sa future belle fille ou son futur gendre dans le cadre d’un mariage ? Et cela est impossible, si garçons et filles ne se croisent pas…

Et vous, quelle est votre préférence : mariage mixte ou séparé ? Que choisirez-vous pour votre propre mariage ? Est-ce que les mariages restent un bon moyen de faire des rencontres ? A vos com’s !

Mabrouk Ramadan, et les Z’amours alors ?

Aujourd’hui commence le mois de Ramadan. Le mois le plus saint et le plus important pour les musulmans. Quelque soit le niveau de pratique des fidèles, ce pilier de l’Islam est de loin le plus respecté. Selon l’enquête annuelle de l’Ifop, 70% des 5 à 6 millions de musulmans de France jeûnent.

Mais alors, qu’en est-il en ce qui concerne les Z’amours ? Comment fait-on pour notre affaire : trouver l’âme sœur ? Pour la plupart d’entre vous le Ramadan c’est le moment de faire une pause question drague. Et oui, difficile d’inviter une fille à boire un verre si on ne peut pas le boire, ce verre ! C’est surtout l’occasion de se concentrer sur soi. De réfléchir. C’est donc une étape très importante aussi pour la question du mariage musulman. Prendre le temps de se demander ce que l’on veut vraiment. Ce qui nous conviendrait le mieux.

Continuer la lecture de Mabrouk Ramadan, et les Z’amours alors ?

Cherche une femme, pour mon père !

En général, les mariages musulmans se font et se défont en famille. Plus courant pour les parents immigrés d’un pays maghrébin. Mais quand il le faut, les enfants nés en France s’en mêlent aussi ! Nadia avait 15 ans quand sa mère a été emportée par une grave maladie. Submergée par la tristesse, toute la famille s’interdisait même les fêtes et autres anniversaires… Mais la vie suit sont court et d’années en années, la cadette Nadia quitte à son tour la maison pour rejoindre les bancs de la fac. Leur père devenu veuf reste seul. Dans la famille au bled, on lui a bien sûr proposé des épouses, mais « ça ne passe pas » pour les enfants. Trouver une nouvelle épouse à son père… Entreprise difficile qui peut se régler sur internet.

Continuer la lecture de Cherche une femme, pour mon père !