Mariages et familles recomposées

Les couples maghrébins et musulmans n’échappent pas à la réalité des divorces. De plus en plus de séparations sont déplorées. Parfois, ces divorcés sont déjà parents et retrouvent l’amour auprès d’autres divorcés. Ce qui forme des familles recomposées.

« J’ai cherché à rencontrer quelqu’un pour refaire ma vie, il est vrai que je suis entrée en contact plus facilement avec des divorcés » raconte Fatima, 37 ans, maman de deux enfants de 3 et 6 ans. L’année dernière, elle a épousé Tarik, 43 ans papa de son côté de deux garçons de 11 et 13 ans. « Fatima a la garde de ses enfants mais ce n’est pas mon cas. Du coup je vis avec des petits bouts qui ne sont pas les miens. Et parfois, lors de certains week-end, on se retrouve parents de quatre enfants ! Comme ils n’ont pas du tout le même âge, nous n’avons pas trop de problème de dispute, chacun est à sa place » explique Tarik.

Pas facile tous les jours…

Mais cela n’est pas toujours simple pour la petite famille notamment pour les enfants plus jeunes… « Mes enfants n’ont aucun exemple de familles recomposées musulmanes dans leur entourage, parfois il est difficile pour eux de se projeter, ils se sentent seuls » poursuit la maman.

Du côté de Tarik, 43 ans, c’est un peu plus délicat car « si je suis présent, les enfants de Fatima ne sont pas les miens et je ne serai jamais leur papa. Ma position n’est pas toujours claire. Mais on arrive à gérer ! ».

Heureusement, le nouveau petit couple est assez soudé et tente tant bien que mal de privilégier le bien-être des quatre enfants. Si tensions il y a, elles sont souvent provoquées par l’entourage familial. « Mon divorce a été assez mal vécu par ma famille pour laquelle c’est un sujet tabou… Après ma séparation, mes parents auraient voulu « me prendre en main ». Ils avaient peur que je fréquente n’importe qui » nous livre Fatima.

Des familles heureuses

Mais quand la petite famille se retrouve au complet, Fatima et Tarik tentent toujours d’organiser des choses spéciales. « On essaie de les emmener au restaurant, au cinéma ou en week-end. On met en place des activités tous ensemble pour resserrer les liens » précise Tarik.

Les enfants qui ont vécu plus ou moins douloureusement la séparation, retrouvent ainsi peu à peu des moments heureux avec l’un de leurs parents. Si « maman » n’est pas la vraie maman et si « papa » vit ailleurs la semaine, les enfants de Fatima et Tarik voient leurs parents de nouveau amoureux et heureux. Une valeur sûre pour recréer un cocon familial.

Et vous, seriez-vous prêt à reconstruire une famille avec d’autres enfants ? Est-ce difficile de trouver l’âme sœur quand on est divorcé ? Quelle est la position de vos enfants qui partagent votre famille recomposée ? A vos coms !

« Mon mari est plus jeune que moi »

Sur le marché du mariage oriental, les filles ont plus de difficulté que les garçons à trouver l’âme sœur. Certaines demoiselles n’hésitent plus à épouser des hommes plus jeunes alors que (c’est prouvé) à âge égal, les femmes sont plus mâtures que les hommes. Ce qui explique d’ailleurs que la plupart des femmes épousent des hommes plus âgés qu’elles en général… Mais Samira 31 ans a épousé Karim 27 ans… 4 années de différence, ce n’est pas si terrible ? Non ? Pourtant cela est un tabou dans le couple. « En fait, à part certains membres de ma famille très proches : mes sœurs, ma mère… Personne ne connait l’âge exact de Karim. Et c’est pareil de son côté. Il nous arrive même de mentir… » raconte la jeune femme. Car si cela ne se voit pas du tout physiquement, Samira ne veut surtout pas qu’on sache que son cher et tendre est plus jeune qu’elle : « je passerais pour une fille désespérée… » Ah.. ! L’avis des autres, cette peur qui conditionne tant de couples orientaux. Du côté de Karim, ce sont les mêmes inquiétudes, en pire… « J’ai toujours évolué avec des gens plus âgés autour de moi… Mais tout de même, ma femme a quatre années de plus. Les plus bêtes seraient capables de croire que c’est elle qui tient notre couple… Que je n’ai pas le droit à la parole.».

« Le jour du mariage, on a demandé au maire de cacher nos dates de naissance »

Pour que le secret perdure, les jeunes mariés ont pris le soin de demander au maire de leur ville de taire leur date de naissance lors de la cérémonie du mariage. « J’avoue que sans cela, j’aurai vraiment stressé… Vous imaginez, il y a des gens qui ne se déplacent à la mairie que pour glaner ce genres d’informations personnelles » souffle Samira. « Quand j’ai su qu’il était possible de ne pas donner telle ou telle information en public à la mairie, j’ai été très rassuré ! » ajoute Karim. Malgré les apparences, le couple ne serait pas si sensible que cela aux regards des autres. « Nous savons très bien que cela n’est pas important et que finalement, on se fiche de ce que peuvent penser les autres ! Mais on veut juste être tranquilles. Rester discrets pour vivre notre vie sans se prendre la tête » explique Samira.

Pas la même envie de bébé

Pour le couple qui fête dans quelques mois sa première année de mariage, la question du bébé se pose déjà très sérieusement. « La principale différence entre nous c’est l’envie de bébé. J’ai 31 ans et je dois me dépêcher pour être maman si je veux plusieurs enfants… Mais Karim estime qu’il a le temps de profiter  de sa « jeunesse » ! ». En effet, le jeune homme ne se sent pas prêt à avoir un enfant à 27 ans… « Même si mon père à mon âge en avait déjà plusieurs… Mais on ne vit pas la même époque ! » explique le jeune marié qui avoue vouloir encore passer des nuits devant les jeux vidéo avec ses copains…  Mais Samira espère bien le convaincre très vite.

Et vous mesdemoiselles, seriez-vous prêtes à épouser un homme plus jeune ? Et vous messieurs, que diriez-vous si votre épouse était plus âgée ? Que penseraient vos amis et votre famille ? La différence d’âge, est-ce une vraie question ou un faux débat ? A vos coms !

Doit-on choisir entre les enfants et la réussite professionnelle ?

Pour la majorité des célibataires, se marier c’est fonder une famille et donc faire des enfants. Logique. C’est donc directement lié à la maternité pour les filles. Si une jeune fille cherche un mari à 20 ans c’est aussi car elle se sent prête à devenir maman. D’un autre côté, considérer qu’on est jeune pour le mariage à 26 ans, c’est aussi choisir de prendre son temps avant de faire des bébés.  Logique… Ainsi, certains célibataires se demandent si faire des enfants est compatible avec la réussite professionnelle ? Myriam a toujours rêvé de créer sa société de communication. Continuer la lecture de Doit-on choisir entre les enfants et la réussite professionnelle ?

« Je ne cherche pas un mari, mais un bon père ! »

Le mariage n’est pas le rêve de toutes les Maghrébines. Certaines vivent très heureuses sans la bague au doigt et ne cherchent pas un mari comme on chercherait le bonheur. Ce qui ne veut pas dire qu’elles ne rêvent pas du grand amour. « Je veux être heureuse en amour bien sûr mais je veux avoir une relation saine et équilibrée, sans pression… Je trouve que le mariage complique parfois certaines relations » raconte Darîne, 27 ans. Ces femmes travaillent, aiment leur métier et veulent préserver leur liberté totale. Continuer la lecture de « Je ne cherche pas un mari, mais un bon père ! »