Mektoube.fr : Prenez votre destin en main

Certains d’entre-vous l’ont peut-être déjà vu en télévision, en replay ou sur le web : le nouveau spot publicitaire de mektoube.fr.

Comment parler de la modernité des moyens de rencontres tout en affirmant son attachement aux traditions de la culture maghrébine ?

Lire la suite

« Dans mon couple, on ne parle pas la même langue »

Le grand boom des rencontres sur internet fait sauter les frontières et permet de plus en plus de rencontres au-delà du simple pays de résidence. Et c’est tant mieux ! Mais parfois, pour se comprendre, le couple doit utiliser plusieurs langues,  un bout de celle-ci et un autre de celle-là… Chacun fait ce qu’il peut. Alors richesse ou handicap ?

Rania a rencontré Malek via un site de rencontre. Ils échangent à moitié en français, à moitié en arabe algérien et ce n’est pas toujours évident… Aucun des deux ne connait parfaitement la langue de l’autre. « Tout allait assez bien quand on tchattait derrière notre écran… On arrivait à échanger sur tout. Mais j’ai ressenti un blocage quand nous nous sommes parlés pour la première fois » raconte Rania, 36 ans. « Je ne trouvais pas mes mots, et on ne se comprenait pas parfaitement… Ca m’a gêné » poursuit la jeune femme.

Un handicap ?

Métisse franco-algérienne, Rania n’a jamais vraiment appris la langue arabe. Quant à Malek, s’il se débrouille dans la langue de Molière, son discours reste assez limité. Pour ce couple, la différence de la langue a donc plutôt été un handicap. Mais se sont-ils donnés toutes les chances ? « J’avoue que Malek était très gentil, mais je n’ai pas tout fait pour que cette relation marche… Si j’avais été plus patiente, peut-être que cela aurait été différent. Mais la vérité c’est que je suis très timide et j’ai besoin que l’autre fasse beaucoup plus d’efforts que moi. J’ai du mal à prendre les devants… ».

Autre couple, autre expérience. Du côté de Nicolas 39 ans, et de Kaoutar 35 ans, ce n’est pas du tout la même histoire. Elle vit en Tunisie, lui en Normandie. Ils se sont découverts sur internet aussi mais se sont déjà rencontrés plusieurs fois. « Je dois dire que c’était le coup de foudre… Alors que je ne parle pas un mot d’arabe et elle n’est pas à l’aise avec le Français. Elle dit que ça a toujours été son point faible à l’école ! » raconte Nicolas attendri… Le couple s’est rencontré pour la première fois à Paris lors d’un voyage professionnel de Kaoutar. « Elle travaille dans l’immobilier inter-Maghreb et venait participer à un salon… Nous avons tout de suite pu trouver le bon mélange entre le français, l’arabe et même l’anglais… ».

Une richesse ?

La patience de Kaoutar et la curiosité de Nicolas a permis au couple de trouver un bon rythme de croisière. Six mois plus tard, Nicolas a même envie de se lancer « une fois pour toute » dans des cours d’arabe. « Cela fait longtemps que ca me faisait envie ! Car Kaoutar a fait de grand progrès en français, alors que moi j’ai encore tout à apprendre ». Dans ce couple, la différence de la langue est donc loin d’avoir été un handicap. Cela les a même rapprochés. « Je trouve que c’est une preuve d’ouverture et de curiosité de l’autre. Nous avons dépassé la simple contrainte technique » poursuit le jeune normand. Aujourd’hui, ils ne peuvent pas s’empêcher de se parler tous les jours, et ont même de projets pour l’avenir. Ils ont de nombreux points communs et espèrent trouver rapidement une solution pour se rapprocher géographiquement.

Et vous, pourriez-vous vous lancer dans une relation avec une personne qui ne parle pas votre langue ? Est-ce un handicap ou au contraire une richesse qui vous permet de découvrir une autre culture et d’apprendre sur vous-même ? A vos coms !