Et pourquoi pas au bled ?

« C’est un amour de vacances, une histoire sans lendemain…» Pas toujours ! Les jeunes filles d’origine maghrébine ont l’habitude. Elles se font très courtisées lors des vacances au bled. « Quand on a 15 ans, on s’énerve facilement. Avec leurs ksss ksss, ils ne savent pas s’y prendre les blédards » reconnait dans un rire Lila. Mais une fois la trentaine passée, on ne prend plus ces courtisans à la légère… On pourrait croire que le choix du bled est un choix par défaut pour certaines. Pas systématiquement ! Depuis touts petits, les enfants d’immigrés maghrébins ont une image assez négative des « blédards ». « Peut être parce qu’ils se moquaient de nous enfants, alors on se moquait à notre tour… Leur façon de s’habiller, l’accent, ça nous faisait rire » !

Et un beau jour…

Des considérations de « gosses », reconnaissent certains. Les françaises d’origine arabe qui veulent se poser reprochent aux garçons de ne pas être assez mâtures. De ne pas vouloir s’engager… « Et un beau jour, au pays, on rencontre un jeune homme charmant qui nous parle de projets en commun, de mariage, d’enfants…», poursuit Lila, la jolie brunette d’origine algérienne. « Et on se dit, pourquoi pas ? C’est mon mektoub », poursuit la jeune femme. Ces jeunes marocains, algériens, tunisiens, ont souvent eu une autre éducation. Très tôt, on les met face à leurs responsabilités. « C’est pas vraiment comme ça pour les garçons d’ici (en France). Ils restent trop longtemps dans les jupons de leurs mères ! » se moque Nacéra. Il est vrai qu’au pays, en général, les mariages musulmans sont beaucoup plus rapides. A partir du moment où on est d’accord sur l’essentiel du projet de vie, c’est parti pour les préparatifs !

Halte aux préjugés !

Mais n’oublions pas les garçons. Nos célibataires mâles sont en moyenne moins nombreux à trouver leur moitié au pays. Notamment car ils ont moins de difficulté à se caser que les filles de façon générale. Quand on les interroge, ils avouent reprocher aux filles de France d’être « fausses ». « Quand on rencontre une fille ici, on ne sait jamais à qui on a affaire… On ne sait jamais si c’est une fille bien. J’ai l’impression que c’est différent au pays ». A chacun ses critères.
Ce qui est sur c’est que les préjugés ont vraiment la dent dure. On aime tant mettre derrière un « genre » des qualités, des défauts. Il est vrai que c’est assez facile. Il y a ceux qui sont complètement contre l’idée d’épouser un « blédards ». «  Ils ne connaissent pas nos codes, ils ne parlent pas bien notre langue. Cela serait compliqué pour moi. Je devrai toujours faire des efforts… » selon Inès. Mais elle ne dirait pas non à un italien, un espagnol, un chinois même pourquoi pas ! Pourvus qu’il lui plaise. Pour eux, elle serait prête à faire quelques « efforts ». Mais dans ce cas «  ce n’est pas pareil » conclue-t-elle. Les idées reçues je vous dis…

Qu’en pensez-vous ? A vos commentaires !

2 réflexions au sujet de « Et pourquoi pas au bled ? »

  1. pr moi qui suis -je bledar a la base je pensé la meme chose des fille d’ici c’est des fausse mai en grandissant en allant souvent au bled j’ai vu la realité ke les fausse d’ici finisse par ce remetr dans le droit chemin pr la majorité et kan elle sont fausse elle le font au su et au vu de tt le monde et le jeune maghrebin le voi et y peu faire son choix entre les fille bien e les autre tandis q’au bled les fausse tu ne les voi pas car elle son discrete yena elle sont mal saine vicieuse discrete tu tombe dan le paneau par sa tenu vestimentair etc etc …..enfin brf ts sa pr dire d’apres mn experience perso j’ai vu ay bled ce que je n’ai pas vu ici en france chez ns beurette depuis j’ai changé mn point de vue …………PS je sui divorcé j’etai marié avc une fille du bled mtn elle a ses papier elle se promene sou mes yeux avc sn nvx mari lollllllll

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *