« Mon mari est plus jeune que moi »

Sur le marché du mariage oriental, les filles ont plus de difficulté que les garçons à trouver l’âme sœur. Certaines demoiselles n’hésitent plus à épouser des hommes plus jeunes alors que (c’est prouvé) à âge égal, les femmes sont plus mâtures que les hommes. Ce qui explique d’ailleurs que la plupart des femmes épousent des hommes plus âgés qu’elles en général… Mais Samira 31 ans a épousé Karim 27 ans… 4 années de différence, ce n’est pas si terrible ? Non ? Pourtant cela est un tabou dans le couple. « En fait, à part certains membres de ma famille très proches : mes sœurs, ma mère… Personne ne connait l’âge exact de Karim. Et c’est pareil de son côté. Il nous arrive même de mentir… » raconte la jeune femme. Car si cela ne se voit pas du tout physiquement, Samira ne veut surtout pas qu’on sache que son cher et tendre est plus jeune qu’elle : « je passerais pour une fille désespérée… » Ah.. ! L’avis des autres, cette peur qui conditionne tant de couples orientaux. Du côté de Karim, ce sont les mêmes inquiétudes, en pire… « J’ai toujours évolué avec des gens plus âgés autour de moi… Mais tout de même, ma femme a quatre années de plus. Les plus bêtes seraient capables de croire que c’est elle qui tient notre couple… Que je n’ai pas le droit à la parole.».

« Le jour du mariage, on a demandé au maire de cacher nos dates de naissance »

Pour que le secret perdure, les jeunes mariés ont pris le soin de demander au maire de leur ville de taire leur date de naissance lors de la cérémonie du mariage. « J’avoue que sans cela, j’aurai vraiment stressé… Vous imaginez, il y a des gens qui ne se déplacent à la mairie que pour glaner ce genres d’informations personnelles » souffle Samira. « Quand j’ai su qu’il était possible de ne pas donner telle ou telle information en public à la mairie, j’ai été très rassuré ! » ajoute Karim. Malgré les apparences, le couple ne serait pas si sensible que cela aux regards des autres. « Nous savons très bien que cela n’est pas important et que finalement, on se fiche de ce que peuvent penser les autres ! Mais on veut juste être tranquilles. Rester discrets pour vivre notre vie sans se prendre la tête » explique Samira.

Pas la même envie de bébé

Pour le couple qui fête dans quelques mois sa première année de mariage, la question du bébé se pose déjà très sérieusement. « La principale différence entre nous c’est l’envie de bébé. J’ai 31 ans et je dois me dépêcher pour être maman si je veux plusieurs enfants… Mais Karim estime qu’il a le temps de profiter  de sa « jeunesse » ! ». En effet, le jeune homme ne se sent pas prêt à avoir un enfant à 27 ans… « Même si mon père à mon âge en avait déjà plusieurs… Mais on ne vit pas la même époque ! » explique le jeune marié qui avoue vouloir encore passer des nuits devant les jeux vidéo avec ses copains…  Mais Samira espère bien le convaincre très vite.

Et vous mesdemoiselles, seriez-vous prêtes à épouser un homme plus jeune ? Et vous messieurs, que diriez-vous si votre épouse était plus âgée ? Que penseraient vos amis et votre famille ? La différence d’âge, est-ce une vraie question ou un faux débat ? A vos coms !

«Je refuse de me convertir pour le mariage…»

François a rencontré Zeina à l’hôpital. Tous deux sont médecins urgentistes… Elle, d’origine kabyle. Lui, bretonne. Très vite, une romance naît entre eux. Le seul médicament à prescrire dans ce type de maladie d’amour : le mariage. Si l’harmonie règne au sein du couple, une fausse note menace cet accord parfait. Zeina est musulmane et François athée. « Je suis déchirée entre ma religion qui m’interdit d’épouser un non musulman, et mon mode de pensée… Je ne suis pas très pratiquante et ma lecture de la religion est très ouverte…  », confesse volontiers la jeune femme.

Comment le faire accepter aux parents ?

Mais quel est le vrai problème ? La position des parents de Zeina. Une piqûre de rappel s’impose : âgés de 70 ans, ses parents kabyles seraient « trop conservateurs » pour comprendre le choix de leur fille. « C’est évident, mon père vit très mal le fait que je choisisse d’épouser un non musulman. Ma sœur est mariée à un Français dit de souche. Cette union n’a été acceptée que parce qu’il était déjà converti avant de la rencontrer…» explique Zeina. De son côté, François comprend la position de sa fiancée car il fréquente beaucoup de musulmans. Pour autant, il n’est pas question de se convertir. « Je ne crois en aucune religion. Pourquoi  ferais-je semblant ? Nous sommes tous deux adultes et conscients, c’est à nous de faire nos choix et de les assumer. Je ne veux pas me mentir, ni mentir aux autres… » assène-t-il.

Le Halal pour sauver les apparences ?

Mais au nom de la paix des ménages, François a tout de même accepté de participer à une cérémonie religieuse, le Halal. Cérémonie très importante notamment pour les Algériens… « Nous nous sommes réunis avec toute sa famille, il y avait un imam qui a prié pour nous… C’était assez touchant mais cela n’avait pas plus d’importance pour moi», raconte François. «Je l’ai fait pour Zeina et pour ses parents». Cette cérémonie devait célébrer et symboliser – en quelque sorte – le devoir accompli par les parents de Zeina.  «Ils considèrent officiellement François comme mon mari et ils ne rentrent plus dans le détail de sa foi…» précise Zeina consciente qu’elle met juste un pansement sur les apparences. «Je sais bien que j’allège un peu ma conscience et qu’en agissant ainsi ce n’est pas islamiquement correct. Mais c’était la seule solution à envisager. François est un être généreux et bon, beaucoup plus que certains musulmans que je connais. J’espère que Dieu comprendra mon choix, et qui sait, peut-être voudra-t-il se convertir un jour ? »

Et vous en tant que musulmans, seriez-vous prêts à épouser un(e) non musulman(e) ?

Et vous, les non musulmans, seriez-vous prêts à vous convertir par amour ? A vos coms !

Un mariage d’hiver… La galère ou une cérémonie originale ?

Les mariages orientaux se célèbrent sous le soleil, en général. Une idée qui a traversé le temps et qui s’est imposée comme un véritable proverbe populaire. Et les invités, aux tenues légères, apportent une dernière touche colorée à ce décor estival. Mais encore faut-il s’y prendre en avance ! Car obtenir une salle de réception pendant cette période, relève du parcours du combattant. Et encore plus en Ile-de-France. Si bien que de nombreux couples ont franchi le pas et officialisent leur union en hiver.

Avis de tempête ou étoile des neiges ?  Pour Nadia 33 ans, c’est un choix qu’elle n’a jamais regretté. « Quand j’ai annoncé la date de mon mariage à mes amies, le 29 janvier, c’était l’incompréhension totale. Pour elles, c’était du suicide ! Elles se demandaient comment parvenir à créer une ambiance chaleureuse au cœur de l’hiver ? » se rappelle-t-elle. Mais la jeune femme, à la veille de ses noces de coton, reste très satisfaite de son mariage. « J’avais un petit manteau blanc sur ma robe. L’ensemble était harmonieux… Pendant le cocktail d’accueil, les invités dégustaient des boissons chaudes comme du chocolat ou du thé, en plus des jus de fruits… Cela avait un certain charme « . Voilà pour l’avis de la mariée. Mais les invités partagent un avis plus mitigé sur les cérémonies hivernales. « C’est difficile d’être élégant en hiver… On est obligé de porter un grand manteau, une écharpe… Si on a trop froid, on se met même à renifler… Et par temps humide, le brushing ne tient pas ! » plaisante Mounia.

mariage d'hiver

Une question d’habitude ?

Rita, l’autre amie de Nadia, ajoute que « les mariages lors desquels il fait chaud, sont surtout culturels pour nous. Nous avons du mal à nous adapter à d’autres températures… On ne sait pas mettre l’ambiance quand on a froid. On a surtout hâte d’être au chaud chez soi… ».

Nadia se rappelle bien de l’avalanche de questions que lui ont posées ses amies. « Mais comment organise-t-on un mariage en hiver ? Comment fait-on ?  » s’étonne encore la jeune mariée. A croire que les mariages d’hiver sont différents de ceux fêtés au printemps ? « En fait, elles sont conditionnées, en hiver on hiberne, on travaille, etc. Et une fois que le printemps arrive, la saison des mariages est ouverte ! » Il fallait donc que ses invités « s’adaptent » et « fassent des efforts ». Mais la question du froid ne s’est posée que pour la cérémonie de la mairie, puis au parc et enfin au cortège. « Mais la soirée était comme toutes les autres, il suffisait de s’assurer que la salle disposait d’un bon système de chauffage et le tour était joué ! « .

« Mariage original », un bon point pour les orientaux

« Ce qui est certain, c’est que malgré les critiques et les inquiétudes du départ, tout le monde se rappelle de mon mariage ! » se réjouit Nadia. Il est vrai que les invités ont eu froid… L’hiver dernier a été très rude. Mais aujourd’hui, cette sensation glacée est oubliée. Et lorsqu’on regarde les photos, on est toujours aussi charmé par la neige sur les arbres, et le tapis blanc naturel sur le parvis de la mairie… » se rappelle un brin nostalgique la mariée d’hiver. « Il est vrai que Nadia nous a offert un mariage unique… Nous n’avons jamais assisté un mariage de ce style : boire un chocolat chaud en guise de vin d’honneur… Il y avait un côté chaleureux et familial très sympa. » reconnaît Rita.

Mais de là à organiser son propre mariage en hiver… »Impossible car je suis trop stressée… J’ai besoin d’être rassurée par une température acceptable pour le jour de mon mariage. Il faut une certaine audace pour se marier en hiver. J’avoue que j’en manque encore… »

Et vous, seriez-vous prêts à vous marier en plein hiver? La neige et le « petit » manteau de la mariée vous attirent ou au contraire pensez-vous que c’est une mauvaise idée ? Et en tant qu’invités, quelle saison préférez-vous pour un mariage ? A vos coms…

Un mariage pour épater la galerie ?

Le mariage est une entreprise délicate… C’est le grand moment où sa vie est conditionnée par le choix de l’Autre. On tombe amoureux de telle ou telle personnalité car elle convient aussi au choix de vie que l’on a fait. Bien sûr, le mariage c’est la vie à deux mais c’est aussi une cérémonie où la famille et les amis sont invités à être témoins de notre union. Et c’est là que l’on peut voir tout et n’importe quoi… Certains pensent réellement que la fête du mariage est une fin en soi : une magnifique cérémonie, une organisation unique et personnalisée, de belles voitures au cortège… Une décoration de choix où tout le monde est heureux pour vous, voire envieux. Continuer la lecture de Un mariage pour épater la galerie ?

Doit-on choisir entre les enfants et la réussite professionnelle ?

Pour la majorité des célibataires, se marier c’est fonder une famille et donc faire des enfants. Logique. C’est donc directement lié à la maternité pour les filles. Si une jeune fille cherche un mari à 20 ans c’est aussi car elle se sent prête à devenir maman. D’un autre côté, considérer qu’on est jeune pour le mariage à 26 ans, c’est aussi choisir de prendre son temps avant de faire des bébés.  Logique… Ainsi, certains célibataires se demandent si faire des enfants est compatible avec la réussite professionnelle ? Myriam a toujours rêvé de créer sa société de communication. Continuer la lecture de Doit-on choisir entre les enfants et la réussite professionnelle ?

« Je ne cherche pas un mari, mais un bon père ! »

Le mariage n’est pas le rêve de toutes les Maghrébines. Certaines vivent très heureuses sans la bague au doigt et ne cherchent pas un mari comme on chercherait le bonheur. Ce qui ne veut pas dire qu’elles ne rêvent pas du grand amour. « Je veux être heureuse en amour bien sûr mais je veux avoir une relation saine et équilibrée, sans pression… Je trouve que le mariage complique parfois certaines relations » raconte Darîne, 27 ans. Ces femmes travaillent, aiment leur métier et veulent préserver leur liberté totale. Continuer la lecture de « Je ne cherche pas un mari, mais un bon père ! »

L’amour épistolaire est-il encore possible ?

La très jeune génération n’a pas connu l’époque des « lettres d’amour »… Des lettres qu’on envoyait à son (sa) bien aimé(e) lors des longues vacances d’été au bled par exemple…  Il fallait attendre des jours et des jours avant d’avoir une réponse… On ajoutait même sur l’enveloppe : « Vite facteur, l’amour n’attend pas.. ! » Aujourd’hui, tout va tellement vite que ces lettres ont été remplacées en partie par les sites internet de rencontre… Beaucoup plus immédiat. On entretient une relation avec une personne presque par hasard, et de là commencent de longues discussions. La plupart de ces couples se sont déjà rencontrés ou croisés rapidement à l’étranger ou dans une autre région… C’est l’histoire de Dalila et Mohamed. Continuer la lecture de L’amour épistolaire est-il encore possible ?

Quand infidélité et jalousie empoisonnent les couples

La plupart des célibataires disent ne pas avoir de mal à faire de simples rencontres…  Mais c’est différent quand on « cherche le mariage ». Car que ce soit du côté des hommes ou des femmes, il y a une obsession commune : l’infidélité. C’est la première crainte que beaucoup de célibataires invoquent pour décrire ce qui les empêche de faire confiance à quelqu’un. Nabil a 29 ans, à la recherche de la perle rare mais « il se demande si elle existe ». Continuer la lecture de Quand infidélité et jalousie empoisonnent les couples

Papa (ou Maman) cherche l’amour

C’est l’un des sujets les plus difficiles. Et c’est encore plus délicat quand il y a des enfants en jeu. Bien qu’il y ait de plus en plus de divorcés sur le marché des célib’, les divorcés sont ceux qui ont le plus de mal à se recaser. S’il y a une dizaine d’années encore, cela était complètement tabou, les mœurs  ont bien évoluées. Avant, la mariée ou le marié malheureux(se) devait serrer les dents, malgré parfois des problèmes très graves dans le couple. Aujourd’hui, reconstruire sa vie après un échec est possible. Difficile mais possible. Continuer la lecture de Papa (ou Maman) cherche l’amour

Chercher l’âme sœur dans mon entreprise ?

La majorité des couples se forment dans le lieu de travail. Mais ce n’est pas toujours aussi simple pour tout le monde… « Je m’inquiète pour ma sœur, elle a 35 ans et elle du mal à se caser… » raconte Fadoua, jeune maman de  32 ans. « Ma sœur est belle, sympa et elle a un bon job… Mais malgré tout c’est le désert affectif ! » se désole-t-elle. Mounia, la fameuse sœur, avoue son exigence… Cadre dans la publicité pour une grande entreprise multimédia, elle fréquente des gens bien insérés dans la vie. « Que des CSP+ » précise-t-elle. Continuer la lecture de Chercher l’âme sœur dans mon entreprise ?