Mariage et études font-ils bon ménage ?

Telle est la question que se posent de nombreux jeunes couples qui souhaiteraient sauter le pas.  Doit-on renoncer à l’un au profit de l’autre, ou est-il possible de concilier les deux, mariage et cursus universitaire ?

Les positions divergent, selon que l’on soit un homme ou une femme. Les hommes en majorité préfèrent finir d’abord leurs études et se lancer dans la vie active avant de passer la bague au doigt de leur chère et tendre!  En effet, ils ne veulent pas assumer la charge d’un foyer sans avoir les ressources nécessaires à la vie à deux.

S’assurer un minimum de ressources avant de s’engager dans la vie à deux

Pour Ahmed, 23 ans : « on n’est pas forcé d’avoir beaucoup de moyens pour se lancer, mais soyons réalistes, on ne peut vivre que d’amour et d’eau fraîche. Le travail, même s’il n’est pas rémunéré au mieux, apporte cette stabilité nécessaire pour des débuts réussis ». Cet exemple illustre la difficulté de démarrer dans la vie active et de s’engager dans la vie à deux, en même temps. Cependant, selon Ahmed, ainsi que pour d’autres hommes, cette condition ne s’applique pas à leur future femme. Pour eux, les femmes peuvent, en se mariant, continuer leurs études.

Avis que partagent certaines femmes, mais pas toutes. La tendance de ces dames est de dire qu’il vaut mieux finir ses études ou être au moins en dernière année pour pouvoir se marier. Ces femmes ont d’une part le souci de finir leur études dans des conditions optimales afin de décrocher le travail pour lequel elles ont étudié durant plusieurs années, peut-être même avant de rencontrer  leur chéri et d’autre part le désir d’autonomie.

Avancer étape par étape ‘dans le bon ordre’

Pour Siham, 22 ans, en couple depuis 3 ans avec Karim, il ne faut pas mélanger les mariage et études pour vivre pleinement ces deux vies. La vie d’étudiante qu’elle préfère vivre chez ses parents d’un côté, et celle de femme mariée qui suivra, mais plus tard. « Je viens d’une famille où les hommes ont toujours encouragé les femmes à finir leurs études avant de se marier, et je ne souhaite pas déroger à ce principe qui tenait à cœur à mon grand-père, à mes parents et à moi. Il en va de mon indépendance intellectuelle et financière. De plus, je ne me vois pas rentrer chez moi plusieurs soirs d’affilée et dire à mon mari, ‘chéri pas de diner ce soir j’ai une dissertation, un partiel, ou un exposé’ ». En dernière année de master, Siham prépare son mariage musulman pour septembre, à la fin de son année d’alternance.

Vous êtes étudiant ? Quel est votre avis ? Partagez votre expérience avec nous.

La différence d’âge dans le couple est-elle un frein à l’amour ?

L’amour est universel et répond à des normes assez similaires d’une culture à une autre. Voire d’une époque à une autre.

En amour, l’âge est un critère à part entière à prendre en compte, au même titre que la beauté, l’éducation, la culture… Il est communément admis dans nos sociétés que l’homme est en général plus âgé que sa chère et tendre.

L’homme plus âgé que son épouse: une réalité

Chez les célébrités, il est assez courant de trouver des couples avec une grande différence d’âge. On peut citer Michael Douglas et Catherine Zeta Jones (67 et 42 ans) ou encore Céline Dion et René Angelil (44 et 70 ans). Mais chez le commun des mortels il est également possible de trouver de telles différences. Le plus souvent, l’homme est le plus âgé.

Des études montrent que les femmes préfèrent la compagnie d’hommes mâtures, particulièrement à partir de 25 ans et ce en perspective d’un engagement durable. Un homme plus âgé est plus rassurant, compréhensif et parfois paternel, sans pour autant aller jusqu’à une forme tardive du complexe d’Electre (affirmant que les petites filles veulent épouser leur père).

Des arguments qui plaident en faveur de l’inverse

Mais l’inverse est aussi vrai. Certains hommes préfèrent fréquenter des femmes plus âgées. Si l’on reprend l’exemple des célébrités, on peut citer Mélanie Griffith et Antonio Banderas de 3 ans son cadet (54 et 51 ans).

Dans la religion musulmane, l’exemple du Prophète Mahomet et de son épouse Khadija de 15 ans son aînée est révélateur. Celle-ci fût pour le Prophète un véritable soutien tout au long de leur union. Était-elle la figure maternelle dont il lui manquait jadis ? Les femmes plus âgées sont elles des mamans de substitution pour ces hommes ? La plus part répondent que non. Ces femmes sont simplement plus sûres d’elles, matures et accordent du sens aux vraies questions plutôt qu’aux détails.

Toutefois, le regard des gens reste encore assez inquisiteur lorsque la différence d’âge est trop flagrante : « Qu’est ce qu’il / elle lui trouve ? C’est l’argent sûrement !» Voilà ce que l’on a trop souvent tendance à entendre.

On dira simplement que Cupidon frappe parfois là où on l’attend le moins ! Qu’en pensez-vous ?

L’amour à distance, une illusion ?

Si l’on en croit le fameux dicton « loin des yeux, loin du coeur », il semblerait que tout le monde s’accorde à dire que les relations à longue distance sont vouées à l’échec. Entre amour de vacances et véritable coup de foudre, il faut parfois faire la part des choses. Mais que se passe t-il lorsque le temps n’a pas fait son œuvre et que les sentiments perdurent, malgré l’éloignement ? Une relation peut-elle être viable, au delà des barrières géographiques ?

Autant de questions qui ne trouvent pas d’emblée une réponse claire et précise. Avec l’arrivée d’internet et l’apparition des sites de rencontre, ce phénomène de relation à distance s’est démarginalisé, et une grande majorité de la population a déjà été confrontée à ce scénario. Un courant de pensée dominant diffuse l’idée selon laquelle les relations amoureuses sont de nature complexe et le facteur distance serait donc un facteur aggravant, une véritable entrave à la longévité du couple.

Des couples longue distance tiennent bon malgré tout

Et si un certain élan de pessimisme peut tout a fait être compréhensible, il faut admettre que certains couples, plus chanceux, ne s’en sortent pas si mal. Ils parviennent même à faire taire les mauvaises langues qui ne croient pas en ce type de relations. De belles histoires d’amour ont débuté et se sont construites malgré les kilomètres. Mais il faut admettre que, dans ces cas, les sentiments sont soumis à rude épreuve.

Outre la problématique de la confiance, se pose celle du manque affectif qui entraîne une lassitude. Les déplacements en train ou en avion pour retrouver l’élu(e) de son cœur ont un coût qui peuvent décourager plus d’un amoureux aux revenus limités. Quant aux relations charnelles, véritable clé de voûte du couple, elles sont compromises. Il n’y a pas de solution miracle, une relation à longue distance ne peut perdurer que si cette situation est provisoire. Ou bien assortie d’un forfait téléphonie et internet illimité !

Avez-vous déjà entretenu une relation amoureuse à distance ? A vos coms’ !

Mariage mixte : faut-il éviter le mélange des genres ?

Il existe en amour des sujets épineux que de nombreux couples tardent à aborder.

Au centre de ces sujets, souvent, demeure la différence. Celle-ci est dans la plupart des cas, synonyme de complémentarité et peut faire de certaines unions de véritables modèles d’acceptation et de respect. Mais qu’en est-il des convictions que l’on juge souvent incompatibles et qui peuvent devenir sources de conflits ? Des différences qui peuvent parfois mener des couples, pourtant très amoureux, à leur perte. La différence de convictions religieuses, le plus souvent, représente un péril que beaucoup jugent insurmontable.

Des obstacles à l’amour

Parce que dès lors que les amoureux décident d’affronter la réalité et d’assumer leurs sentiments en dépit de leurs différences, c’est toute une série d’épreuves qui les attend. Le regard des autres, les positions des familles respectives, le nom, l’éducation, le régime alimentaire, mais surtout la religion des enfants. Autant de contrariétés qui peuvent pousser à bout la patience des couples mixtes.

Pour les musulmans qui respectent le dogme à la lettre, le mariage mixte avec des non-musulmans est permis sous certaines conditions. Ainsi, un homme peut épouser une juive ou une chrétienne qui pourront continuer à pratiquer leur propre culte dès lors que les enfants issus de l’union seront, comme leur père, de confession musulmane. Quant à la femme musulmane, elle ne peut en principe se marier qu’avec un homme épousant la même religion.

Communiquer, une bonne solution

Pour ceux qui décident malgré tout de faire triompher leur amour, la communication représente, dans bien des cas, la clef de voûte d’une vie de couple réussie et épanouie.  Les amoureux pourront alors faire de leurs différences une véritable force, en respectant les spécificités culturelles et religieuses de leurs conjoints.

Jacques de Bourbon Busset déclarait : « l’amour, c’est quand la différence ne sépare plus ». Les couples mixtes ne le contrediront probablement pas.

Et vous ? Que pensez-vous du mariage mixte ?

Les réseaux sociaux tuent-ils l’amour ?

Plus qu’un simple mode de communication, les réseaux sociaux sont devenus en l’espace de quelques années un véritable phénomène. Et les interactions en ligne sont vite devenues incontournables. Les internautes ne possédant pas de compte Facebook se font de plus en plus rares, d’autant que les réseaux sociaux représentent le moyen idéal de nouer des liens ou d’entretenir des relations avec ses amis, sa famille, ses contacts professionnels. Ils permettent aussi, parfois, de rencontrer l’amour. Outils de séduction quasi-imparables, les réseaux sociaux peuvent toutefois devenir source de conflits au sein des couples déjà formés.

Un risque de paranoïa !

En effet, voir l’élu(e) de son cœur se rendre « un peu trop » souvent sur Facebook, multiplier les ajouts de contacts et discuter avec des membres du sexe opposé parfois très plaisants, peut parfois rendre soupçonneux, voire totalement paranoïaque. Comment trouver le juste équilibre entre la confiance mutuelle qui invite à accepter les interactions du conjoint avec d’autres, et la prudence, de bon ton dans ce type de situation ?

Se fixer des limites et communiquer

Il est vrai que de simples conversations sur le net peuvent vite virer au flirt et plus si affinités. Mais lorsque l’une des deux personnes est déjà en couple, l’ambiance au sein du foyer peut facilement verser dans la psychose. D’un autre côté, comment reprocher à l’être aimé de communiquer sur les réseaux sociaux, quand nous sommes des millions d’abonnés à nous livrer quotidiennement à la même activité ? Et lorsque la paranoïa s’installe, elle laisse le champ libre à toutes les dérives. Scènes de ménages, jalousie, crise de confiance et espionnage ou pire, rupture, sont au rendez-vous de ceux qui n’auront pu discuter posément afin de délimiter le terrain de jeu de leur partenaire sur le net. Rien ne vaut la communication.

Et vous ? Les réseaux sociaux attisent-ils votre jalousie ou avez-vous décidé de faire confiance à l’être cher ?

Le mariage sans musique commence à faire du bruit

Les mariages maghrébins, sont la plupart du temps l’occasion pour les familles et les amis des mariés de partager un moment de fête où résonnent les cris des enfants et les grands éclats de rire et où la joie se lit sur le visage de chacun. La musique, lors de ces célébrations, joue souvent un rôle crucial dans le bon déroulement et l’ambiance de ce jour de liesse.

Les mariages maghrébins n’en demeurent cependant pas moins des mariages musulmans. Et depuis quelques temps, un phénomène prend de l’ampleur et chamboule la traditionnelle « bande originale » des fêtes de mariage. Ce phénomène, c’est le mariage sans musique.

Une atmosphère propice au recueillement

Ici, l’ambiance diffère radicalement. Les orchestres traditionnels et autres DJ sont remplacés par des percussions. Et les époux récitent des sourates du Coran, invitant les convives à se recueillir.  Seul instrument autorisé dans ces mariages très spirituels : le tambour, qui marque le rythme sur lequel les époux doivent aligner le débit de lecture.

Un mariage aux antipodes de ce à quoi sont habitués tant de Maghrébins. Cette formule, toutefois, fait de plus en plus d’adeptes qui, séduits par un retour à la spiritualité et à la sobriété d’un mariage sans chichis, préfèrent ce climat de recueillement à l’ambiance ostentatoire et chamarrée des noces musicales.

Et vous, êtes-vous pour un mariage sans musique ?

Tambour

Lancement officiel de l’application Mektoube

Nous sommes heureux de vous annoncer que la très attendue application iPhone de Mektoube est dorénavant disponible dans l’App Store.

Elle est bien entendu téléchargeable gratuitement.

Pour accéder à la page de l’application, cliquez ici.

Téléchargez l'application iPhone Mektoube

Une application iPhone Mektoube gratuite et de qualité

Notre équipe de développement a pris soin de vous préparer une application iPhone de grande qualité, qui vous permettra de retrouver tout Mektoube en illimité sur votre téléphone :

– vous pouvez charger de nouvelles photos de profil

– vous pouvez envoyer des messages aux autres célibataires

– vous pouvez accéder à votre boîte de réception et lire vos messages reçus

– évidemment, vous pouvez voir qui est en ligne et effectuer des recherches parmi toute la base de membres Mektoube !

Application iPhone Mektoube

Le Mariage, une histoire de dot

Le mariage constitue le point d’orgue d’une relation amoureuse. Réunion de deux cœurs mais aussi de deux familles, celui-ci n’est néanmoins pas exempt de questions d’ordre plus prosaïques. L’acte induit un rapport pécuniaire et personnel entre les deux époux et cet acte, c’est la dot.

La dot, une pratique ancestrale

Cette pratique ancestrale s’intègre dans le champ culturel de très nombreux pays dans le monde. Mais la dot arabe (Mahr), a ceci de particulier que c’est l’homme et non pas son épouse qui doit s’acquitter de cette contribution, parfois uniquement symbolique, mais toujours condition de légitimité coutumière du mariage. En effet, dans le rite malékite, en vigueur au Maghreb, pour que le mariage soit validé, le consentement des époux, la présence de deux témoins et la fixation de la dot sont des conditions sine qua none.

La valeur minime de la dot était, par le passé, communément fixée à un Louis d’or . Somme ayant initialement pour fonction de dédommager les parents pour la perte de leur fille. En effet, les parents de la mariée perdaient une force de travail, récupérée par la belle-famille. Cette dot, versée par l’époux, pouvait aussi signifier le rachat par celui-ci des droits que sa femme devait avoir sur les enfants naissant de leur union.

Mais de moins en moins courante

Avec le temps, la dot a subi de très grandes mutations. Elle ne se présente plus nécessairement sous forme d’argent et revêt souvent l’apparence de cadeaux offert par l’amoureux à l’élue de son cœur. Bijoux, parfums, vêtements, produits de beauté en tous genres…La femme fixe ici les règles. Pour beaucoup de jeunes femmes, la pratique de la dot est dépassée et ne souhaitant pas ruiner leur mari, elles préfèrent se contenter d’un présent symbolique.

D’après vous, l’amour s’achète t-il avec des cadeaux ?

Toute la vérité sur la Saint Valentin

Nous avons réalisé un petit sondage auprès des célibataires inscrits sur Mektoube.fr, au sujet de la Saint Valentin, la fête des couples (et de ceux qui aimeraient tomber amoureux !).

Plus de 1000 membres ont répondu à l’appel: nous vous remercions. Et nous avons réalisé une infographie pour illustrer les résultats de l’enquête. La voici ci-dessous.

Dans les coulisses de la 1ère rencontre


Il y a quelques jours, nous avons adressé par email un sondage à nos membres. En 2 jours, nous avons obtenu près de 1200 réponses. Cela prouve à quel point les célibataires Mektoube sont enthousiastes, merci à tous les participants !

Une étude menée auprès des célibataires inscrits sur Mektoube

Cette étude a pour thème « la 1ère rencontre ». Le sondage a été mené en ligne du 10 au 12 octobre 2011. 1 187 célibataires inscrits sur mektoube.fr, dont 727 femmes et 460 hommes, ont répondu à chacune des questions posées.

Comment préparer le premier rendez-vous amoureux ?

Les résultats montrent notamment que les femmes ont plus tendance à parler de cette 1ère rencontre à leur entourage que les hommes, qui eux préfèrent ne pas se confier à leur proches. Dans tous les cas, une écrasante majorité de célibataires préfère se montrer naturelle lors de ce premier rendez-vous, plutôt que d’en mettre plein la vue au niveau de l’apparence et de la tenue vestimentaire.

Nous vous laissons découvrir les résultats dans l’infographie réalisée par l’équipe Mektoube ci-dessous. N’hésitez pas à laisser un commentaire sur ces résultats.


Dans les coulisses de la 1ère rencontre